lundi 1 juin 2020

EURYDICE N° 18 - NOËL 1935

EURYDICE
N° 18 (Noël 1935)
[Date de publication : Noël 1935 - Couverture : Couverture illustrée par Pierre Pascal, Titre, Sous-titre, Sommaire, Éditeur, Adresse, Date - 2e de couverture : Encart publicitaire (Nicolas Beauduin / LES DIEUX-CYGNES / 1 volume in-16 jésus, de 190 pages, tiré à 300 exemplaires...), Abonnements - 3e de couverture : Encart publicitaire (Pierre Pascal / Péan naval pour célébrer la naissance du croiseur-cuirassé "Dunkerque" / honoré d'une souscription du ministère de la marine / Il reste 38 exemplaires sur Vergé Antique à 15 frs / Les exemplaires sur Arches sont épuisés / [commentaires sur l'oeuvre]) - 4e de couverture : Vignette (Jupiter), Numéro, Prix En-tête Page [1] : Liste des collaborateurs - Bas de Page [17] : Citation de Mademoiselle de Gournay dans sa "Défense de Ronsard" ("Vraiment ils n'eussent pas été poètes excellents, ni poètes, s'ils se fussent abaissés au parler commun des hommes, et si le commun des hommes pouvait élever le sien jusqu'au leur, la poésie ayant été baptisée de tout temps, non seulement grandiloquentia, mais le langage des dieux et non des humains.") - Bas de Page [20] : Annonce ("Nous sommes heureux d'annoncer à nos lecteurs que notre ami Henry Dérieux, l'admirable auteur de Face à Face, dont Eurydice publia un important fragment, a reçu le prix Léon Dierx, à défaut du prix Moréas, échu à un très respectable vétéran du Parnasse dont le patronyme fait figure, dans le royaume des mers, d'éternelle victime du Trident. Après les "paraboles du jet d'eau"... (avec l'assentiment des grands héliotropes !) de l'an dernier, il fallait laisser toute espérance. On se consolera facilement en apprenant que Face à Face se trouve aux éditions du Mercure de France.") - Bas de Page [24] : Propriétaire-Gérant, Imprimeur - Pagination : 24 pages]
Sommaire
Maurice Chevrier : "Ce n'est plus, ô souffrance, ô toi ma vieille hôtesse...", poème (p. [1-2])
Henri de Régnier : Dizain, poème (p. [2])
Fernand Mazade : Bethléem, poème (p. [3])
Marie de Sormiou Le Verbe, poème [en épigraphe : "Sous les diverses apparences, / Simples signes à peine réels, / Se cachent de belles substances."] (p. [4-5])
Raymond Schwab : Chant de la descente d'Ishtar, poème dramatique [précédé des lignes de présentation suivante : "A travers la terre et l'abîme, pour aller reprendre entre les morts l'unique ami de Nemrod qu'elle y fit descendre, Ishtar plonge et crie en s'enfonçant. Aux limbes de l'entrée, la frôlent la femme d'Admète et la femme d'Orphée et le mari de Sâvitrî, qui ressuscitèrent, puis moururent une deuxième fois. Au bas de la descente, l'attendent ses amants dont elle fit des morts." - Nemrod, Livre III, Chant III, Scène 1] (p. [5-7])
Nicolas Beauduin : Processionnal pour la Fête anniversaire des Saintes Maries de la Mer, poème (p. [8-11])
Pierre Pascal : Ode liturgique à Paris (Secrète de Béatrice), poème [en épigraphe, citation du Psaume XXX : "In manus tuas commendo spiritum meum." - daté "Le Mont Palatin, 29 avril 1935"] (p. [11-12])
Louis Buzzini : Le souvenir d'Elémir Bourges (12 novembre 1925), étude [médaillon d'Elémir Bourges en 1885 en tête d'article (p. [13]) - illustré d'une reproduction fac similé d'une page manuscrite de La Nef (p. [15])] (p. [13-17])
Elémir Bourges : La Sainte Table, poème [précédé des lignes de présentation suivantes : "Ce beau sonnet parut à la Renaissance artistique et littéraire dirigée par E. Blémont et en 1874 dans les Étrennes du Parnasse, recueil qui contenait également le Sonnet de Victor Hugo à Judith Gautier, des poèmes de Leconte de Lisle, Théo Gautier, Th. de Banville, F. Coppée, C. Mendès, Sully-Prudhomme, Valverde, Ch. Cros, A. Vacquerie, etc... Elémir Bourges le signa Etienne Chomé, le nom de sa mère." - daté "1874"] (p. [17])
Robert Honnert, Noël de La Houssaye, Pierre Pascal : Eurydice et les Ondes (entretiens à la Tour Eiffel, le 3 octobre 1935), entretien (p. [18-24])
"La Ville de Paris" : Balayage, polémique [en épigraphes : "Aroua ! Aroua ! (Cri de guerre des Ethiopiens), et citation de Rabelais : "Qui les meut ? Qui les poinct ?" - prise à parti de Maurice Chapelan] (p. [24])

Aucun commentaire:

Publier un commentaire