vendredi 22 avril 2016

L'ART SOCIAL N° 3 - JANVIER 1892

L'ART SOCIAL
N° [3] (Janvier 1892)
[Date de publication : Janvier 1892 - Couverture : Date, Titre (en rouge), Sous-Titre/Périodicité, Sommaire, Prix, Adresse - 2e de couverture : Titre, Sous-Titre, Périodicité, Adresse, Abonnements, Mentions ("Pour tout ce qui concerne l'Administration, s'adresser à M. Eugène CHATELAIN, 64, rue de Turenne. / Pour tout ce qui concerne la Rédaction, s'adresser à M. Gabriel DE LA SALLE, 5, impasse de Béarn."), Mention ("L'ART SOCIAL reçoit ses amis les premier et troisième lundis de chaque mois à partir de 9 heures, le soir.") - 3e de couverture : Notes ("Petite Guerre" : Il y a quelques mois, dans une phénoménale réponse qu'il fit à M. Albert Dubrujeaud, de l'Echo de Paris, M. Camille de Sainte-Croix disait bien qu'il se... moquait de son public, mais nous n'avions pas voulu le croire tant cela nous semblait osé de la part d'un homme ayant, comme lui, pignon sur rue. Aujourd'hui, nous ne pouvons plus douter. Nous lisons dans la Bataille Littéraire du 12 janvier : "Poésie trouvée dans un journal de jeunes (ne nommons personne). Depuis le jour où je les vis, / Ces beaux yeux qui me sont ravis, / Leur souvenir me réconforte, / Et je tressaille, fou d'espoir, / M'attendant toujours à les voir / Chaque soir frapper à ma porte. / Ces yeux, qui doivent revenir frapper à la porte de notre jeune confrère, doivent, en effet, avoir le regard bien dur." / C'est de Chimère qu'il s'agit. Mais le plus étrange, et ce qui prouve bien que la Bataille Littéraire se moque de ceux qui la lisent, c'est que Chimère n'a pas imprimé le dernier vers comme on nous le donne. Elle a écrit : "Chaque fois qu'on frappe à ma porte", ce qui n'est pas une bêtise du tout. Et voilà à quoi on perd son temps chez M. Camille de Sainte-Croix. ; Le même Camille de Sainte-Croix, dans SA Bataille Littéraire du 5 janvier, donne, à propos de la récente représentation du Théâtre d'Art, un renseignement qui, malheureusement pour son autorité de critique, est tout ce qu'il y a de plus faux. Cette fois, il s'agit de notre ami Paul Roinard, l'auteur du Cantique des cantiques, qui a brossé lui-même son décor. M. Camille de Sainte-Croix affirme que Roinard n'avait jamais de sa vie touché à un pinceau. / Or, bien au contraire, Roinard a fait longtemps de la peinture : nous savons qu'il a encore chez lui une quantité respectable de toiles faites par lui qu'il qualifie d'ailleurs lui-même,, très généreusement, du nom de croûtes... ; Encore. Dans l'Echo de Paris du 10 décembre, M. Camille de Sainte-Croix, qui est un homme universel, passe en revue sous ce titre : Jeunesse vivante, la presse des jeunes. Il cite tout, cha tient de la place, mais il oublie le Coup de Feu et la Revue Européenne, celle-ci succédant à celui-là. Et cependant, cette vaillante publication qui combat, comme la Bataille, pour l'idée socialiste, en est à sa septième année d'existence...) - 4e de couverture : Lire (La Revue Socialiste, La Revue Européenne, La Révolte, Les Abeilles, Écrits pour l'art, La Philosophie de l'Avenir, Paris-Jeune, L'En Dehors - Bas de Page [49] : Titre, Date - Bas de Page 72 : Gérants, Imprimeur - Pagination : 24 pages] 
Sommaire
Émile Couret Lettre aux Littérateurs, étude (p. [49]-52)
Stalnoé : Le Froid, poème en prose [en épigraphe, citation de Gustave Flaubert : "La nuit... dans tes rêves"] (p. [53]-54)
Jules Souchet : Pro domo sua, étude (p. [55]-56)
Eugène Longuet : Catholiques, sonnet [extrait de Les Croyants] (p. [57])
Gabriel de La Salle : Dans le Temps, poème [fragment de Les Révoltes] (p. [58])
Auguste Linert Le Socialisme au Théâtre (notes de critique et d'art), étude (p. [59]-62)
Alfred Morin : Le Paradis, s.v.p. ?, sonnet (p. [63])
E. Museux Le critique d'art, étude (p. [64]-66)
André Veidaux : La chanson du néant : Les résignés, poème (p. [67]-68)
THÉÂTRES ET LIVRES
A[lexandre]. Bourson : Théâtres [Théâtre Réaliste : Le Gueux, un acte par M. Frédéric de Chirac ; Prostituée, en deux tableaux par M. de Chirac - (p. [69]-70) ; Théâtre-Libre : La Dupe, cinq actes en prose par M. Georges Ancey ; Son petit cœur, un acte en vers par M. Marsolleau - (p. 70)], comptes rendus (p. [69]-70)
A[lexandre]. B[ourson]., X. : Livres [La Propriété et ses formes primitives, par Emile de Laveleye (Félix Alcan, éditeur) ; Les Idéologues, par F. Picavet (Félix Alcan, éditeur) - signé X. - (p. 71) ; Le vice filial, par Paul Adam (Ernest Kolb, éditeur) - signé A. B. - (p. 71-72)], comptes rendus (p. 71-72)
*** : L'Art Social vient de prendre l'initiative de la création d'un théâtre d'ART SOCIAL, note (p. 72)
  • Source bibliographique : Nicolas Leroux, "Bibliographie des revues : L'Art Social (1891-1896), L’Œil bleun° 5, janvier 2008, p. 50-52.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire