mercredi 15 décembre 2010

LES BANDEAUX D'OR - FASCICULE XIX (MAI 1912)

LES BANDEAUX D'OR
Fascicule XIX (Quatrième série - mai 1912)
[Date de publication : Mai 1912 - Imprimeur-Gérant : Jouve - Imprimeur : Imprimerie Jouve et Cie 15, rue Racine, Paris - Couverture : Titre, Année en chiffres arabes (1911-1912), Série, Cinquième Année ; inscriptions sur le bois de PJJ - 2e de couverture : Numéro, Date (année en chiffres romains), Titre, Année, Série, Mention ("Paraissent le 1er de chaque mois, sauf en août, septembre et octobre"), Sommaire, Prix et Abonnement (Sur Hollande Van Gelder : 15 fr. ; sur papier Featherweight : 8 fr. ; un fascicule : 1 fr.), mention ("La reproduction des matières est interdite, sauf citation de source. Il n'est pas répondu aux manuscrits non agréés. La revue ne publie que de l'inédit. Les opinions émises par les auteurs sont purement personnelles."), mention ("Pour les poèmes, un second exemplaire doit être envoyé à Poitiers, chez M. P. J. Jouve, 73, rue de la Tranchée"), Directeur, Secrétaire de la Rédaction, "Eugène Figuière & Cie, éditeurs, 7, rue Corneille" - 3e & 4e de couverture : muettes - Pagination : 48 pages]
Sommaire
P[ierre]. J[ean]. Jouve : Neuf heures [note : "Extrait du recueil Présences, en préparation"] (p. 293-296) ; Crépuscule (p. 296-297)

Roger Allard : Loisirs, poèmes (p. 298-301)

Paul Castiaux : L'Heure de la Nuit (Chanson) [épigraphe : "Per amica silentia lunae"] - daté "Porquerolles"] (p. 302-304)

M. Dewailly : Les Eucalyptus, poème (p. 305-307)

Alexandre Gaspard-Michel : Poème (p. 308-309)
CHRONIQUES
Théo Varlet : Calepin du Chemineau : Côte d'Azur (p. 310-312) ; Spiritualisme (p. 312-316)

Paul Castiaux : A propos de Césarée d'Alexandre Gaspard-Michel (p. 316-317)

Pierre Jean Jouve : Les Poèmes [Cécile Périn. - Variations du cœur pensif (E. Sansot, Paris) - p. 318-320 ; Herman Frenay-Cid. - Grimaces et fantaisies (Éditions du Beffroi, Paris) - p. 320-322 ; Louis-Amédée Crispy. - Les Musarderies (Éditions de Poésie, Toulouse) - p. 322-323] (p. 318-323)

René Arcos : Les Proses [Stephen Crane. - La Conquête du courage, traduit de l'anglais par Francis Vielé-Griffin et Henri-D. Davray (Mercure de France, Paris) - p. 323-327; Jean-Richard Bloch. - Lévy (premier livre de contes) (édition de La Nouvelle Revue française, Paris) - p. 327-329 ; Friedrich Hebbel. - Judith, traduit de l'allemand par Gaston Gallimard et Pierre de Lanux (Édition de la Nouvelle Revue française) - p. 329-330 ; Willy. - Lélie, fumeuse d'Opium (Albin Michel, éditeur, Paris) - p. 330-331] (p. 323-331)

René Arcos : Les Théâtres [Odéon. - Troïlus et Cressida (p. 332-333) ; Théâtre des Arts. - La Profession de Mme Warren (p. 333-335)] (p. 332-335)

Alexandre Gaspard-Michel : Revue des Revues [W. Bienstock finit de transcrire en français la sonate à Kreutzer (Mercure de France du 1er avril)... - Voici la Nouvelle Revue française (1er avril) où M. Jacques Rivière portrait judicieusement Joachim du Bellay... ; Vers et Prose (janvier-février-mars) où M. Louis Mandin réhabilite la poésie contemporaine, à laquelle fit injure le comte Albert de Mun... ; La Phalange (20 mars). - Nous y retrouvons M. Henri Aimé dont je n'aime pas beaucoup les trèfles d'eau... ; M. François Fosca s'excite à l'Occident (mars) sur Mme Marval et M. René Chalupt, sur Miss Maggye Teyte... ] (p. 335-338) ["Note. - C'est sous des initiales perverties que M. Jean-Richard Bloch, D.............n sans affaire, me fait l'honneur de m'entreprendre. Il aurait dû se souvenir que personne au monde ne le saurait frapper d'anathème et qu'au plus peut-on vouloir l'emprisonner de guerre lorsqu'il tâche à faire sortir M. Gustave Hervé d'une réclusion dont je déplore aussi le faux semblant ; je n'éprouve de gêne à lui répondre que, si la liberté de penser me semble incensée, je n'ai pas le moindre respect de la liberté d'exprimer sa pensée lorsqu'elle touche aux fondements de notre Etat ; que je n'ai jamais ressenti de confraternité pour le pamphlétaire susnommé ; qu'au reste il veut rire en nous accusant de mépriser la plume dont nous vivons." - signé A. G.-M.]

Kritikus : Lectures [sottisier] (p. 339-340)

Les Bandeaux d'Or : Remarque (p. 340)
 Document
REMARQUE. - Certains critiques, soit dans leurs livres, soit dans leurs articles, ont écrit, à propos des Bandeaux d'Or, les plus évidentes erreurs. L'une de celles-ci consiste à vouloir situer la revue comme "organe de l'unanimisme". Les Bandeaux d'Or ne sont pas plus unanimistes qu'anti-unanimistes. Au reste, chaque auteur, comme il est dit sur la page de titre, est libre dans ses opinions. Ceci suffirait peut-être, si les mêmes critiques n'avaient poussé la plaisanterie un peu loin, soutenant, sans se gêner le moins du monde, et avec le sérieux le plus amusant, que certains de nos collaborateurs, nettement individualistes, étaient unanimistes, et les donnant comme "fils spirituels" de Jules Romains, alors que, parmi ceux-là qui se trouvent nommés, quelques-uns publièrent leurs oeuvres avant celles mêmes de Romains !

Certes, celui-ci est un des talents les plus originaux et vivants de la littérature actuelle. Il serait bon toutefois de relever quelques bévues par trop fallacieuses de la critique.

Nous accueillerons les rectifications que chacun des collaborateurs aurait pu relever, pour son compte personnel, à ce sujet, ou qu'il jugerait devoir adresser, généralement, aux critiques susdites.

Les Bandeaux d'Or sont indépendants et ne souhaitent aucune bannière.

Note. - Par suite de l'abondance des matières, un article de G. Chennevières (sic), sur Thèbes (Tableaux Symphoniques), d'Ernest Fanelli, se trouve reporté au prochain fascicule.
LES BANDEAUX D'OR
[LISTE ALPHABÉTIQUE DES PETITES REVUES]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire