dimanche 30 novembre 2014

MOUCHES A MIEL N° 2 - JUIN 1938

MOUCHES A MIEL
N° 2 (Juin 1938)
[Date de publication : Juin 1938 - Couverture : Titre, Sous-Titre, illustration, Date, Éditeur, Adresse - 2e de couverture : Titre, Prix du numéro et de l'abonnement, Rédaction et Administration (Adresse), Annonce ("Le troisième carnet paraîtra aux prochaines vendanges, et contiendra des pages de chacun des quelques poètes auxquels les "Mouches" offrent les plus parfumés de tous leurs miels."), "Montaigne" (Voicy merveille : nous avons bien plus de poëtes que de juges et interprètes de poësie ; il est plus aysé de la faire que de la cognoistre...), "Hommage à O. V. de L. Milosz ("Les Cahiers Blancs" préparent religieusement un numéro consacré à Milosz, le plus vrai et le plus haut des poètes de maintenant. Géo Norge, Rolland de Renéville et quelques autres poètes et critiques y diront leur ferveur pour cet homme qui, investi de poésie depuis quarante ans, devait, vers le milieu de sa route, rencontrer un Signe ineffable.") - 3e de couverture : "J'entends cette affirmation : - "Je me f. pas mal de ce que sera la France dans cent ans : je ne vis qu'une fois". Je ne puis entendre cette phrase sans frissonner, et elle s'aggrave de ce qu'il faut mettre monde à la place de France. Ce frisson est parent de l'angoisse que provoque en moi le reproche : "Vous croyez encore à la grandeur humaine !" Le doute, ici, m'insulterait et, d'abord, abandonner cette foi impliquerait que je ne crois pas en Dieu..." (signé J[acques]. M[urdoch].) - 4e de couverture : Encarts publicitaires (Éditions Denoël - Paris / Vient de paraître : / Jean de Bosschère / L'OBSCUR A PARIS..." ; Extrait du catalogue des Éditions Denoël) - Page [1] : En-Tête (Titre, Date, Contributeurs [Certains noms apparaissent alors que la revue ne fait que citer d'eux des extraits d'articles ou de textes issus d'autres publications], épigraphe [citation de Jean Grenier, extraite de la N. R. F. du 1er juillet 1935 : "Tant de musiques, et c'est un cri que nous attendions ! Le poète n'a pas à charmer le lecteur ; il doit le blesser et pour cela d'abord être blessé.") - Bas de Page 32 : Imprimeur, Gérant - Pagination : 16 pages]
Sommaire
Franz Kafka : Un poème de Franz Kafka : Une horloge bat dans un esprit sombre..., poème [trad. par Marcel Lecomte - daté "9 juillet 1915"] (p. [17])
Jean de Bosschère : Le Ranz des Vaches, poème en vers libres (p. 18-26)
Marcel Lecomte : Le Règne de la lenteur, poème en prose (p. 26-27)
J[acques]. Murdoch : Échos [Malgré le fichier de Chronos ou : L'excellence des jeunes. - En vérité, dans la clarté de la solitude des nuits étoilées, jamais on n'a attendu d'un misérable patriarche le geste de suprême liberté qu'est un grand poème...] (p. 28-30)
J[ean]. [de] B[osschère]. : Lectures [De Léon-Paul Fargue, sur Destins du Poète, par Roger Secrétain (extrait de la N.R.F. de mai 1938) ; Ce dont il est beau et salutaire de se souvenir : "Si tu segui tua stella" !... Ce dût être un doux réconfort pour Dante, écrit Thomas Carlyle dans son Sarto Resartus, et comme nous le savons, ce fut parfois sa fierté de penser que lui, ici en exil, pouvait réaliser son œuvre ; que ni Florence ni aucun homme ni les hommes, n'avait la puissance de l'en empêcher ni même de l'aider un peu à la faire... ; Le Poème se fabrique. - Beaucoup de vers d'aujourd'hui mènent à cette conclusion. Publique, cette déclaration rend quelque crânerie aux snobs récemment étourdis de trop d'efforts, et aux grotesques versificateurs qui secrètement se félicitaient du succès de leur supercherie...], notes et citations (p. 31-32)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire