vendredi 10 juin 2011

DEMAIN N°17 (2e ANNÉE) - AOÛT 1925

DEMAIN
N°17 (Août 1925)
[Date de publication : Août 1925 - Couverture : Numéro, Année, Date, Prix, Titre, Périoidicité et Direction, Illustration : Bois de Carlègle (en violet), Sommaire (en noir), mention ("Tous ces Textes, imprimés sur Papier pur Alfa, sont inédits et complets"), Éditeur - 2e de couverture : muette - 3e de couverture : muette - 4e de couverture : Encart ("Ceci / est le dernier numéro de / DEMAIN / "La Collection de "Demain" / vaudra de l'or !" / a écrit Marcel Prévost, / de l'Académie Française, / en tête de ce 17e et dernier numéro. / Avez-vous la Collection de "Demain" ? / Si non - hâtez-vous ! / Il n'en reste que quel-/ques-unes - complètes. / Vous manque-t-il quelques numéros ? / Si oui, hâtez-vous encore ! / Il ne reste que quelques / cents de numéros dépareillés. / Ecrivez / à MM. J. Ferenczi et Fils, 9, rue Antoine-Chantin, Paris (14e). / Envoyez / le montant de votre commande : / vous recevrez, par retour de courrier, les volumes demandés. / Comptes chèques postaux N°405-53, Paris.."), Gérant - Page [1] : muette - Page [2] : muette - Page [3] : Faux-titre (idem couverture, Année en chiffre romain) - Page [4] : muette - Pages [185-191] : Table des matières des dix-sept numéros parus et formant la collection complète de "Demain" - Page [192] : Encart ("LES ÉDITIONS G. CRÈS & Cie, 21, rue Hautefeuille, Paris (VIe) / Collection des Arts Orientaux / Georges Groslier / directeur des arts cambodgiens / LA SCULPTURE KMERE ANCIENNE / Illustrée de 175 reproductions hors-texte en simili-gravure / Un beau volume broché de 272 pages in-8 jésus, tiré sur couché mat et illustré de 175 reproductions / Prix...60 francs / Collection de L'Esprit Nouveau / Le Corbusier / L'ART DÉCORATIF D'AUJOURD'HUI / Un beau volume in-8 raisin (18x25) de 218 pages, sur papier couché, avec 192 illustrations. / Pris...30 francs / Le Corbusier / VERS UNE ARCHITECTURE / Un beau volume in-8 raisin (18x25) de 260 pages, sur papier couché, illustré de 236 gravures et schémas. / Pris...30 francs "") - Pagination : 192 pages]
Sommaire
Marcel Prévost : Aux Abonnés et aux Lecteurs de "Demain" [avec 3 bois : bandeau, lettrine et cul-de-lampe] (p. [5]-7)
Jeanne Landre : Montmartre en 1900, souvenirs [5 bois de Jodelet (p. [9], 16, 31, 36, 41) - A Henri Duvernois] (p. [9]-41)

Emmanuel Bove : Un autre ami, nouvelle [3 bois de Georges Bruyer (p. [43], 57, 62) - Daté "Le 1er février 1925"] (p. [43]-62)
Lydie Henry-Lacaze : Un baiser dans la nuit, nouvelle [2 bois de Henri Gazan (p. [63], 77)] (p. [63]-77)
Maximilienne Heller : El Fedda Dahiba, nouvelle [3 bois de Jacques Boullaire (p. [79], [95], 111)] (p. [79]-111)
Raymond Escholier : Quand on conspire, roman (Troisième et dernière partie) [3 bois de Pierre Lissac (p. [113], 115, 144)] (p. [113]-184)
Document
"Aux Abonnés et aux Lecteurs de Demain"
C'est une précieuse collection que celle des numéros de Demain, parus depuis dix-sept mois. L'idée qui nous valut leur publication était neuve et séduisante : chaque fascicule conçu comme un objet achevé, complet, se suffisant à lui-même, et se rattachant aux fascicules précédents et aux suivants, non seulement par l'uniformité d'une belle réalisation matérielle - papier, typographie, illustrations, - mais surtout par le choix des collaborateurs, par la continuité de l'inspiration artiste qui émanait de son brillant directeur, Raymond Escholier.

Une formule si ingénieusement rajeunie du type "revue" ne pouvait manquer d'exciter la curiosité et de plaire aux délicats. C'est bien ce qui advint : il fallut peu de mois pour grouper autour de Demain un nombre d'abonnés et de lecteurs que beaucoup de publications plus anciennes lui eussent envié. Et ce nombre eût continué d'aller croissant : la difficulté n'était pas là. La difficulté résidait dans l'antinomie qui oppose, aujourd'hui, à toute entreprise d'art désintéressé, les variations brusques et fortes du coût de réalisation. Contre ces secousses sismiques, rien à faire ! Du jour au lendemain, par une modification du barème des prix du papier, de la typographie, de l'assemblage, du brochage et des tarifs postaux, ce qui se pouvait - tout juste ! - ne se peut plus...

Lloyd George disait drôlement qu'entreprendre aujourd'hui une chose quelconque dépendant des prix de la matière et de la main-d’œuvre, c'est jouer au billard sur un transatlantique, pendant une tempête.
*
*   *
Il ne tiendra qu'à vous, abonnés et lecteurs de Demain - tout en alignant précieusement sur un rayon de vos bibliothèques la collection désormais achevée de Demain (qui vaudra de l'or) - de continuer cette charmante habitude : rencontrer périodiquement vos auteurs favoris. Même, vous les rencontrerez tous les quinze jours au lieu de tous les mois. La Revue de France est bi-mensuelle. Beaucoup de ses collaborateurs furent ceux de Demain et vous y lirez bien des pages qui devaient paraître cette année même dans Demain.

La Revue de France a résolu d'une autre façon - vous verrez - le problème que "chaque fascicule se suffise à lui-même", tout en admettant la publication d’œuvres plus longues. Elle est curieuse de nouveauté, ouverte à tous les talents, vivante et moderne. La littérature et les arts occupent une large place, mais l'histoire des idées et des faits n'en est pas exclue. Elle a cette ambition qu'un lecteur fidèle, qui la lira à fond, soit renseigné sur tout... Bref, je ne me donnerai pas le ridicule, l'ayant fondée, de vous la vanter. Mais on ne saurait contester sérieusement aujourd'hui qu'elle se classe dans le premier groupe des grands périodiques de quinzaine.
*
*   *
La Revue de France sera fière, sans changer sa propre formule (laquelle est moins étroitement dépendante des variations économiques), de perpétuer Demain pour ses lecteurs et des abonnés. Elle se plaît à offrir à ceux-ci, comme prime gracieuse, pour l'année d'accueil, la différence entre le prix des deux Revues. Elle écoutera bien volontiers toutes les suggestions de son nouveau public, convaincue que rien n'est plus redoutable pour un périodique, que de s'immobiliser dans ses habitudes. Et certainement, grossie d'un tel affluent, son cours apparaîtra plus large et plus fort.

Bienvenue aux lecteurs et aux abonnés de Demain !
MARCEL PREVOST,
de l'Académie Française.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire