vendredi 22 mai 2015

LE JOURNAL DES POÈTES N° 5 - 2 MAI 1931

LE JOURNAL DES POÈTES
1re année - N° 5 (2 Mai 1931)
[Date de publication : 2 mai 1931 - Page [1] en-tête : Année, Numéro, Prix, Date, Titre, Sous-Titre, Comité de Lecture - Page [1] bas de colonne 3 : Mention ("Beaucoup de nos abonnés ont déjà réglé le montant de leur souscription. Les autres voudraient-ils les imiter en versant aussitôt que possible la somme due au Compte Chèques Postaux : P. Flouquet (n° 169.730), 11, rue Jardin des Olives, Bruxelles.") - Page [1] bas de page : Administration (Adresse) - Page [4] bas de colonnes 2-3 : Bulletin d'abonnement ; éditeur Page [4] bas de colonne 4 : Publicité pour "Librairie Le Livre belge"  - Pagination : 4 pages]
Sommaire
[ANTHOLOGIE]
André Salmon : Opéra Buffa de l'aventurier déçu, poème en vers libres [à André Gide] (p. [1 ; col. 1]) 
Marcel Martinet : Grand soir paisible..., poème [à Stefan Zweig - précédé d'une notice bio-bibliographique] (p. [1 ; col. 2])
Ventura Gassol : Le géant aux 99 fronts, poème en vers libres [à J. Carnier-Ribalta en souvenir de notre ascension à la tour de la "PARAMOUNT" de New-York, un jour de brouillard. - daté "Boendael, 28-1-1929" - Traduit du catalan par Stéphanie Chandler] (p. [1 ; col. 1-2])
Alexandre Blok : Élégies : I. Le jour s'est flétri, innocence et grâce... ; II. J'allais dans la nuit obscure et pluvieuse... ; III. Mon bien-aimé, mon prince, mon fiancé..., poèmes [précédés des lignes de présentation suivantes : "Voici quelques élégies d'Alexandre Blok. Blok est connu surtout comme le poète de la révolution russe (l'auteur des "Douze"). Il est intéressant de le voir sous son autre visage. / Ces Élégies sont d'avant la révolution. Blok appartenait alors à cette génération de poètes russes qui furent les continuateurs du symbolisme français." - Traduites du russe par Louis-Charles Baudouin et Lucy Dokman] (p. [1 ; col. 3])
Lucien François Dizain, poème (p. [1 ; col. 3])
Maurice Fombeure : La Vague, poème en vers libres (p. [2 ; col. 1])
Roch Grey : Verres grossissants..., poème en vers libres (p. [2 ; col. 1])
Claire Goll : En Taxi, poème en vers libres [en sur-titre à ce poème et aux deux suivants : "Trois Poèmes Féminins"] (p. [2 ; col. 2])
Madeleine Israël : Les Portes, poème en vers libres (p. [2 ; col. 2])
M. de Vivier : "Son Souffle", poème en vers libres [A André Baillon] (p. [2 ; col. 2])
Hermann Claudius : I. Chanson vagabonde (p. [2 ; col. 1]) ; 2. Séparation (p. [2 ; col. 2]), poèmes [précédés d'une notice bio-bibliographique - Traduits de l'allemand par M. Grite] (p. [2 ; col. 1-2])
Géo Charles : Un extrait de "Méduses", poème en vers libres [précédé d'une notice biographique] (p. [2 ; col. 3])
Henry-Fagne "D'un pauvre corps", poème en prose [à Pierre Flouquet] (p. [2 ; col. 3])
[LA CRITIQUE]
P[ierre]. B[ourgeois]. : La Destinée : un timide s'est suicidé, étude [sur Léon Deubel] (p. [3 ; col. 1-2-3])
*** : Échos d'hier et d'aujourd'hui [Dans la troisième colonne de la seconde page de notre numéro du 18 avril, nous avons attribué la traduction d'un poème de Giuseppe Villaroel à C. Puglionisi. Nous avons confondu certaines signatures de manuscrits. Il faut lire Vincendon au lieu de Puglionisi. ; Rien de nouveau sous le soleil. - "Il se présentait tant de petits avortons de poésie, qu'il fut un temps que le peuple se voulant mocquer d'un homme, il l'appeloit poète..." (16e siècle). ; En 1885, Leconte de Lisle affirmait "qu'entre tous les jeunes poètes qui se sont révélés dans les dernières années, Haraucourt était le plus remarquable..." 1885 ? Cela ne vous dit-il rien ? Voici trois jeunes éliminés à titre d'exemple : Rimbaud, Verhaeren, Laforgue. ; Dans les Nouvelles Dissociations de Remy de Gourmont, proses journalistiques et mondaines, l'auteur juge par ces mots le mouvement d'avant-garde : "nigauderies, sot, brute, une bête, un chien qui flaire un paquet d'excréments..."... ; On oppose ordinairement à la critique passionnée et hasardeuse des revues littéraires, la sagesse des leçons universitaires, la pondération des dictionnaires et des livres scolaires... ; L'évolution des traductions, ne voilà-t-il pas un excellent moyen de fixer l'évolution du goût ?... ; Notre enquête sur le rythme poétique a eu un curieux écho au procès du vampire de Dusseldorf. Pas moins... les graphologues qui ont examiné les documents écrits par Kurten, ont constaté que l'as des assassins écrivait naturellement en langage poétique c'est-à-dire dans une prose exceptionnellement rythmée... ; Au cours d'un récent interview, M. Paul Valéry disait sa haine pour la musique qui "n'a rien à voir avec l'intelligence et est une affaire de glandes"... ] (p. [3 ; col. 2-3])
Georges Pillement : Littératures étrangères : Jaime Torres Bodet, poète mexicain, étude (p. [3 ; col. 1-2])
Jaime Torres-Bodet : Rêve d'hôpital (p. [3 ; col. 2-3]) ; Cabotage (p. [3 ; col. 3]), poèmes [traduit de l'espagnol par Georges Pillement] (p. [3 ; col. 2-3])
Robert de Souza : La Technique / Le pour et le contre : A quoi bon ?, réponse [précédée des lignes de présentation suivantes : "Ainsi la bataille technique est déclenchée. Chaque numéro du "Journal des Poètes" apporte des considérations sur la mesure et le rythme des vers. / M. Robert de Souza, qui est un vétéran, a la belle ardeur cassante des néophytes. Bravo ! D'autant plus que ses adversaires ne s'en portent pas plus mal." - en épigraphe, citation de Charles Baudelaire : "L'épouvantable inutilité d'expliquer quoi que ce soit à qui que ce soit..."] (p. [3 ; col. 4])
Henry-Fagne : L'art et l'inspiration / Pour peser quelques grammes de la vérité, étude (p. [4 ; col. 1-2]) 
G[éo]. C[harles]., L[ionello]. F[iumi]. : Notre critique des livres [Belgique. - Innocence des Solitudes, poèmes de E. Vandercammen (Stols, édit.) - signé G. C. ; Italie. - Callirhoe, par Giuseppe Longo (Studio Editoriale Moderno, Catania) - signé L. F.], comptes rendus (p. [4 ; col. 2])
E[dmond]. V[andercammen]. : Baudelaire vu par Soupault, compte rendu [sur le Baudelaire de Philippe Soupault (Rieder, 1931)] (p. [4 ; col. 3])
*** Revues et Journaux [Dans les Annales poétiques du 15 avril, M. André Dumas publie une longue étude consacrée à François Villon... ; Dans le même numéro, un hommage discret et juste est rendu à la mémoire d'Adolphe Retté... ; M. P. Aeschimann confie à La Grive des sonnets lyriques où il est opportunément question de "beauté morte". ; La Muse Française (10 avril 1931), qui paraît dix fois l'an, porte comme sous-titre : revue de la poésie. Entendons-nous : elle ignore tout ce qui n'est pas soumis à une certaine technique traditionnelle. Hors de la rime, il n'est point de lyrisme... ; Le numéro d'avril de Hélicon qui est présenté avec un goût parfait par l'éditeur A. A. M. Stols, contient notamment un poème "Oud Hart, dat niet bemind en heeft"; de Karel van de Woestijne... ; André Demedts étudie l'oeuvre si pure et si loyale, toute de profonde probité, de Wies Moens dans le dernier numéro de De Tijdstroom... ; Le numéro 3 de De Stem, présente des vers chinois par Joh. W. Schotman... ; Au sommaire du numéro d'avril de Groot Nederland, des vers de J. Van Imkoff... ; Walt Whitman revient-il à la mode ?La dernière page poétique des Nouvelles littéraires lui consacre une étude de Gustave Cohen... ; Marsyas est une mince feuille de 4 pages : que de vie passionnée en ce petit espace !... ; M. Christian Sénéchal va consacrer un essai à l'oeuvre de Jules Supervielle. / Le numéro d'avril de l'excellente revue marseillaise Cahiers du Sud en donne le cinquième chapitre réservé au volume des Gravitations paru en 1925... ; Carnet 4 présente un fragment du "Chant de la vie", de J. Krishnamurti, qui est un prophète... ; Trois numéros de La Revue Nouvelle ont paru depuis le débit de l'année. La part qu'ils réservent à la Poésie est toujours importante...], chronique (p. [4 ; col. 4])
*** Bibliographie [Amérique. - The Crisis ; Belgique. - De Tydstroom ; France. - La Revue Nouvelle ; Pays-Bas. - De Stem en Critisch Bulletin] (p. [4 ; col. 4])

Aucun commentaire:

Publier un commentaire