mardi 19 juillet 2016

L'ART SOCIAL N° 9 - AOÛT 1892

L'ART SOCIAL
N° [9] (Août 1892)
[Date de publication : Août 1892 - Couverture : Date, Titre (en rouge), Sous-Titre/Périodicité, Sommaire, Prix, Adresse - 2e de couverture : Titre, Sous-Titre, Périodicité, Adresse, Abonnements, Mentions ("Pour tout ce qui concerne la Rédaction, s'adresser à M. Gabriel DE LA SALLE, 5, impasse de Béarn."), Annonce publicitaire ("Le Courrier de la Presse") - 3e de couverture : Notes ("Petite Guerre" : On dit que M. Bourgeois, ministre de l'Instruction publique, vient de se faire décerner le titre de "citoyen de Cahors". A quoi cela peut-il bien servir un homme que d'être "citoyen de Cahors" ?... ; Ce n'est pas M. Carnot qui perdrait son temps à de pareilles futilités, lui qui ne trouve pas un moment pour signer la grâce des condamnés à mort et qui fait, en une semaine, courir Deibler avec son joujou sous le bras, d'un bout de la France à l'autre. / On vient cependant de lui décerner un titre à lui aussi : Père Coupe-Toujours. ; Il y a, dans le journalisme, une secte qui devient bien encombrante : c'est celle des interviewers... ; Parmi ceux qui, à l'occasion du 14 juillet ont, sans en rougir eux-mêmes, été heureux, / Qu'une goutte de sang saute à leur boutonnière, / nous relevons la nomination tant soit peu scandaleuse du rédacteur en chef de l'Estafette...) - 4e de couverture : Bulletin Mensuel des Livres (Chez Hachette ; Chez L. Boulanger ; Chez Kolb ; Chez Lacomblez ; Chez Dentu ; Chez Ollendorff ; Chez Lemerre ; Chez Vanier ; Chez Alcan Lévy ; Librairie Positiviste ; Chez A. Savine ; Librairie des Sciences Psychologiques ; Chez Payol, Lausanne ; Chez Guillaumin) - Bas de Page [201] : Titre, Date - Bas de Page 232 : Gérant, Imprimeur - Pagination : 32 pages] 
Sommaire
Paul-Napoléon Roinard Obsèques de Léon Cladel, compte rendu [précédé d'un encart de deuil : "Léon Cladel est mort. / L'Art social s'incline respectueusement devant la tombe à peine fermée de celui qui fut un des plus grands parmi les siens."] (p. [201]-203)
André Veidaux : Ecolâtrie, étude (p. [204]-206)
Marcel Batilliat : Mission d'artistes, étude (p. [207]-208)
Eugène Pottier : Tope-là, chanson inédite (p. [209]-210)
Remy de Gourmont : Lettre, lettre [précédée de ces lignes d'introduction : "En réponse à une note parue dans le précédent numéro de l'Art social, M. Remy de Gourmont a adressé à M. Gabriel De La Salle la lettre suivante :"] (p. [211]-212)
George Diamandy Le chauvinisme de "Nestor", polémique [à propos d'un article d'Henry Fouquier, "L'Esprit français" paru dans l'Echo de Paris] (p. [213]-222)
Séverin Rémy : Pendant la grève, nouvelle (p. [223]-225)
Léon Frapié : Le vieux noisetier, étude (p. [226]-228)
LIVRES ET REVUES
Alexandre Bourson, Alexandre Zévaès Les Livres [Les âmes noires, par M. Georges Poulet (Lemerre) - (p. [229]-230) ; Rimes de mai, par Henri Corbel (Parrot, éditeur)  - (p. 230) - signé Alexandre Bourson ; Le christ et sa réforme sociale, par M. Julien Villecrose (Albert Savine, éditeur) - (p. 230-231) - signé Alexandre Zévaès], comptes rendus (p. [229]-231)
*** : Les Revues [Dans le numéro de Juillet de la Revue Jeune, une lettre de M. Pierre Loti de l'Académie Française et une longue réponse à cette lettre de M. Maurice Pujo... ; Lu en ce même numéro de beaux vers de M. André Suzel et de M. Gaston Dancinnes. ; Dans la Revue Socialiste des notes sur le livre de M. P. Paulhau : Le nouveau mysticisme... ; Les numéros 2 et 3 du Livre d'Art ont paru simultanément, l'un ayant pour rédacteur en chef Emile Bernard, l'autre notre collaborateur P.-N. Roinard. Dans le numéro 2 des dessins de Filiger, Gauguin, Maurice Denis, Bonnard, Lançon, Emile Bernard, Henry de Groux, Vincent Van Gogh, etc. Le numéro 3 publie deux très beaux poèmes, l'un en prose de Charles Morice, l'autre en vers de P.-N. Roinard, des vers d'Edouard Dubus, Pierre Quillard, G. Albert Aurier, Hirsch, Randon et Emile Bernard ; des articles de Remy de Gourmont, Henri Mazel, Jules Bois, Charles-Henri Hirsch et une Revue des Revues de M. Julien Leclercq qui nous est ironiquement favorable. ; De la Revue Blanche : "Sensitiva Amorosa", conte par Ola Hanson... ; Chimère garde rancune à l'Art Social d'une boutade sans importance : Elle a tort. Nous relevons au sommaire de son numéro de juillet les noms aimés et amis de : Pierre Devoluy, Paul Redonnel, Léon Leclère, Paul Gabillard, Henri Mazel... ; Les Essais d'art libre reproduisent une lettre du compagnon Zisly, lettre que nous recevons nous-mêmes. Serait-ce une mystification ?... ; Au point de vue d'Art pur, comme il faudrait tout louer du Mercure de France, nous nous contenterons de citer les noms du sommaire : Edmond Barthélémy, O.-J. Bierbaum, Louis Dumur, Henry Gauthier-Villars, Remy de Gourmont... ; Les Essais de Jeunes publient un article intéressant de René Ghil, des vers signés Delbousquet et Paul Darthez. On a joint à ce numéro une conférence de M. Delbousquet. Dans sa longue et bienveillante nomenclature, nous avons regretté l'oubli de noms sympathiques : Remy de Gourmont, Rachilde, Vallette, Samain, Denise, Renard, Mazel, Julien Leclercq, Pierre Quillard et notre ami, A. Retté. ; La Révolte continue très vaillamment son beau combat... ; L'Endehors semble manquer de collaborateurs littéraires... ; Au Mascarille : "A une madone", de Saint-Pol-Roux, "Sonnet" de E. Matrat... ; La Revue encyclopédique donne une très intéressante étude sur le mouvement littéraire de la littérature anglaise. ; Nous avons lu avec plaisir, au point de vue de l'art comme au point de vue documentaire, le commencement de l'étude que publie, sur le "Parnasse et les Parnassiens", dans la Revue indépendante, M. L. X. de Ricard et, toujours de M. Mauclair, "La baigneuse aux cygnes"... ; Un des nôtres, Emile Raymond qui doit, au Théâtre d'art social, créer le principal personnage de la Légende rouge, vient d'être engagé pour trois ans à l'Ambigu. / C'est Emile Raymond qui créa au bénéfice de Verlaine, le personnage fantastique de Snorro dans le "Minuit d'un soleil", le rôle du plus vieil aveugle dans les Aveugles, Robespierre dans Camille Desmoulins, Duncan dans les Jacobites et joua avec un si grand succès Triboulet dans le Roi s'amuse. / Il ne faut pas oublier que c'est aussi Emile Raymond qui créa le superbe rôle de l'Epoux dans le Cantique des cantiques.], chronique (p. 231-232)
  • Source bibliographique : Nicolas Leroux, "Bibliographie des revues : L'Art Social (1891-1896), L’Œil bleun° 5, janvier 2008, p. 50-52.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire