dimanche 14 janvier 2018

ALEXANDRE MERCEREAU, LA VIE ET LES PSEUDO-UNANIMISTES

Il y a bien longtemps que je n'avais pas mis en ligne la réponse d'un animateur de petites revues à l'enquête de Maurice Caillard et Charles Forot sur les revues d'avant-garde. La contribution d'Alexandre Mercereau (1884-1945) est lapidaire, mais mérite néanmoins de figurer ici. D'abord, parce qu'il fut un acteur de premier plan - aujourd'hui trop méconnu - de la vie littéraire ; ensuite, parce qu'il revient - trop vite - sur un titre assez rare dont nous avons déjà détaillé les deux premiers numéros ; enfin, parce que Mercereau prend prétexte de sa réponse ou non réponse à l'enquête pour régler une nouvelle fois ses comptes avec les "disciples" de Jules Romains. On se rappelle en effet que Mercereau participa à l'aventure de l'Abbaye de Créteil (1907-1908) qui, en raison de difficultés financières et d'incompatibilités d'humeur entre certains abbés, tourna court ; Mercereau déplorait notamment l'influence de Jules Romains et de son unanimisme sur plusieurs de ses camarades (Arcos, Duhamel, Vildrac). Il reviendra sur les raisons de cet échec dans sa plaquette L'Abbaye et le bolchevisme (1922).
ALEXANDRE MERCEREAU
Je m'excuse de n'avoir pas répondu, malgré votre aimable insistance, à votre enquête sur les revues. Mais le travail surhumain qu'il me fallait faire pour mettre régulièrement debout, chaque semaine, 7 séances comme celles que j'organisai tout cet hiver, ne me permettait aucune espèce de fantaisie, même agréable, et je dus abandonner tout courrier qui ne se rapportait pas à mes soirées, ou qui n'avait pas un caractère de nécessité absolue.
Or qu'aurais-je pu dire sur la revue La Vie que je fondai avec J. Valmy-Baysse, H. Allorge, etc., qui intéressât le monde et la Ville ?
Dire que son seul poids sur la littérature fut un poids négatif et même maléfique, puisqu'elle fit se rencontrer là ceux qui devaient former le noyau des pires arrivistes de la génération, je veux dire les pseudo-Unanimistes, est-ce, était-ce bien utile ? Il faut alors peut-être louer le sort et le Caméléon (1) de m'avoir empêché de répondre, malgré ma bonne volonté.
(p. 169)
(1) Le Caméléon était un café puis cabaret littéraire créé en 1921 au 146 boulevard de Montparnasse, qui déménagea deux ans plus tard au 241 boulevard Raspail. Alexandre Mercereau y anima une université libre, sorte de "Sorbonne montparnassienne", qui proposait une conférence quotidienne.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire