lundi 5 juin 2017

L'ILE SONNANTE N° 31 - OCTOBRE 1913 (numéro entièrement consacré à Léon Deubel)

L'ILE SONNANTE
N° 31 (Octobre 1913)
[Date de publication : Octobre 1913 - Couverture : Année (4e), Numéro, Date, Titre (en rouge), Sous-titre, Périodicité (Paraissant tous les deux mois), Sommaire, Prix du numéro, Adresses (Direction et Administration) - 2e de couverture : Titre, Adresse, Rédaction ("Le Mardi soir de 8 h. à 10 h. (Sauf du 1er Mai au 1er Octobre)"), Mentions ("Toutes les communications relatives à la rédaction devront être adressées à M. Michel Puy, 21, rue Rousselet, Paris (VIIe)" / "Tout ce qui concerne l'administration de la Revue (abonnements, mandats, demandes de numéros), devra être adressé à MM. Georges CRES et Cie, édit., 116, Boulevard Saint-Germain, Paris (VIe)"), Direction (Tristan Derème, Roger Frène, Michel Puy), Comité de rédaction, Mentions ("Les auteurs sont seuls responsables de leurs articles" / "Les manuscrits seront retournés aux auteurs qui en feront la demande, mais l'Administration de la Revue décline toute responsabilité en ce qui concerne les manuscrits qui viendraient à être perdus ou détruits." / "L'Île Sonnante paraît 6 fois par an : les 1er février, 1er avril, 1er juin, 1er août, 1er octobre et 1er décembre."), Abonnement, Mention ("Les abonnements dont le montant sera recouvré par la poste seront majorés de 0 fr. 50.") - 3e de couverture : Page publicitaire pour "Georges Crès et Cie" (Collection "Les proses" / Publications de luxe) - 4e de couverture : Page publicitaire pour Georges Crès et Cie (Les Maîtres du Livre, collection d'ouvrages de luxe publiée sous la direction de Ad. Van Bever) - Bas de Page 240 : Gérant, Imprimeur - Pagination : 48 pages]
Sommaire
*** : [Présentation], introduction au numéro (p. [193])
Léon Deubel : Poèmes inédits : Entre toutes (p. [194]) ; La haine amoureuse (p. 195), sonnets ; Poèmes inachevés : "Je travaille parfois à naître..." (p. 196) ; Cris (p. 196-197) ; "Un chant d'amour traînait sur les vagues blessées..." ; "Aux flancs des monts herbeux dont la musculature..." (p. 197), poèmes (p. [194]-197)
Léon Deubel : La lumière natale : Le sommeil du paysage (p. [198]) ; La fin d'un jour (p. 199-206) ; Exil (p. 207) ; Solitude (p. 207-208) [daté "Fiesole"] ; Lunaire (p. 208) ; A l'aube (p. 209-212), poèmes (p. [198]-212)
Léon Deubel Choix de Poésies (1899-1905) : Lai de la source (Cernay) (p. [213]) ; "Ces voix hallucinantes dans le soir, ces voix..." [en épigraphe, citation de Paul Verlaine : "Ah ! Les voix mourez donc, mourantes que vous êtes." - extrait de La Chanson Balbutiante (1899)] (p. 214) ; Offrande [extrait de La Chanson Balbutiante (1899)] (p. 214-215) ; Sonnet rouge [daté "1899"] (p. 215-216) ; A Mlle J. L. [daté "Boulogne, 19 février 1900"] (p. 216) ; Sonnet [daté "1900"] (p. 217) ; Dialogue avec le lecteur [extrait de Chant des Routes (1900)] (p. 217-218) ; Liminaire [extrait de Chant des Routes (1900)] (p. 218) ; "Silence ! puis une vibration de la terre" [extrait de Chant des Routes (1900)] (p. 219) ; Des soirs [daté "1903"] (p. 219-220) ; "Si libre, dresse enfin ton fauve orgueil de vivre..." [extrait de Vers la Vie (octobre 1903)] (p. 220) ; "C'est dans le soir où le vent toaste..." [extrait de Sonnets Intérieurs - daté "Caserne 1903"] (p. 221) ; Sommeil [daté "1905"] (p. 221-222) ; Le poème du clocher (p. 222-224), poèmes (p. [213]-224)
Léon Deubel : François Villon, à Salins, étude [en note, présentation de L[ouis]. P[ergaud]. : "Littéralement pris à la glu, par cet article, Marcel Schwob, après l'avoir lu, écrivit immédiatement à Deubel pour l'en féliciter et lui demander d'où il tenait de si précieux renseignements. Le poète avoua que cette reconstitution n'était rien moins qu'une supercherie littéraire. L'écrivain des Diurnales ne lui en garda point rancune et, jusqu'à sa mort, garda avec le poète qui l'avait, sans le vouloir, mystifié, les relations les plus cordiales." - article initialement paru dans Le Flambeau, Besançon, 28 février 1904.] (p. [225]-229)
Léon Deubel : Histoire de Limpide ou Le jeune homme qui a des Lettres (fragment), roman [préface de l'auteur : "Un monsieur offre gratuitement dans ce livre de faire connaître hypertrophie du moi, crépusculite protéiforme (piano à quatre mains, baisements de pieds roses, monomanie de la mort invoquée et toujours sourde), fluxion d'estime, un moyen infaillible de se guérir complètement ainsi qu'il l'a été radicalement lui-même après avoir souffert et essayé en vain tous les remèdes préconisés. Ce livre dont on appréciera le but humanitaire est la conséquence d'un vœu." - Publication des six premiers chapitres - en épigraphe du chapitre I, citation de Trésor de mes inachevés de L[éon]. D[eubel]. : "Oh ! la tristesse des départs / Vers un précis quelque part !..." ; en épigraphe du chapitre III, citation de Maurice Maeterlinck : "Aimez et la grappe d'aventures frissonnera d'amour." ; en épigraphe du chapitre IV, citation de Franc-Nohain : "Ne plus manger, ne plus boire / Bien que l'on ait soif et faim." ; en épigraphe du chapitre VI, citation de Laurent Tailhade : "La Victoire en chantant leur ouvre la barrière / Et des b..... épars leur montre le chemin."] (p. [230]-240)
Document
"[Présentation]"
Il paraîtra dans quelques jours, par les soins de la Société du Mercure de France, un volume de poèmes de Léon Deubel.
Conformément au vœu du poète, ce volume sera consacré à ses œuvres les plus récentes, auxquelles on a ajouté pourtant un choix de ses vers anciens.
Nous avons pensé que bien des pages qui n'y trouveront pas place méritaient d'être offertes aux écrivains et aux lettrés qui ont manifesté leur sympathie pour la personne de Deubel et leur admiration pour son talent.
Des poèmes inédits ou inachevés, des poésies extraites de la Lumière natale, des vers écrits de 1899 à 1905, puis une curieuse fantaisie sur Villon et un fragment de roman composent la matière du présent fascicule, dans lequel apparaîtra sous divers aspects la personnalité d'un poète qui est connu surtout par la gravité hautaine et déchirante de ses accents.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire